Bien que Dialog Insight puisse produire vos messages à un rythme très élevé, pouvant atteindre plusieurs millions de messages l’heure, la performance finale de vos campagnes dépend en réalité de la vitesse de livraison de vos messages, c’est-à-dire la vitesse à laquelle Dialog Insight peut remettre vos messages aux serveurs courriels de vos destinataires.

Cette performance dépend de plusieurs facteurs, dont votre réputation, la taille des messages, le nombre d’adresses IP utilisées pour la livraison et la distribution par domaine de votre liste de contacts.

Pour vous aider à mieux comprendre, voici quelques exemples qui illustrent l’effet de ces facteurs.

Limite de livraisons par domaine

Chaque domaine auquel vous transmettez des courriels accepte les messages à un débit maximal propre à ce domaine.

Il s’agit parfois de limites techniques (capacité des serveurs d’un petit fournisseur), mais plus souvent de contrôles et limitations imposées par les fournisseurs de courriel majeurs comme Hotmail, Gmail et autres. Ces fournisseurs limitent la vitesse d’acceptation des messages pour chaque source.

Les livraisons d’un envoi typique pourraient se décliner comme suit :

Dans cet exemple, on observe un effet de plateau. Pour comprendre cet effet, il faut comprendre la distribution des contacts d’une liste.

Souvent, 50% à 75% des adresses d’une liste sont distribuées parmi les mêmes 3 ou 4 fournisseurs majeurs.

Le reste de la liste est réparti parmi des centaines de domaines qui représentent chacun un très petit nombre de courriels.

L’effet de plateau est en lien direct avec cette distribution :

  • Au début de l’envoi, Dialog Insight se connecte en parallèle à tous les domaines distincts et remet les messages pour ces destinataires
  • Parce que le nombre de contacts dans ces domaines est limité, la livraison pour ces domaines est complétée très rapidement
  • Ensuite, chaque plateau représente la fin des livraisons d’un des domaines majeurs

Certains domaines acceptent des messages à de très faibles débits, les quelques derniers pourcentages d’une campagne peuvent donc prendre plusieurs heures à se livrer.

Limite de livraisons par source

Les hébergeurs de courriel majeurs appliquent des règles qui limitent la vitesse de réception des courriels provenant d’une même source. Typiquement, ceci se décline en une limite par adresse IP d’où proviennent des messages.

L’exemple ci-dessous représente les livraisons vers des adresses gmail.com dans une configuration où une seule adresse IP est utilisée pour la livraison :

Le contrôle de vitesse de gmail est très évident ici, l’envoi a été limité à approximativement 1 000 messages par tranche de 5 minutes, soit 12 000 messages par heure.

Un deuxième exemple démontre la livraison d’un message subséquent, après avoir ajusté la configuration pour transmettre à partir de 4 adresses IP :

On voit une augmentation linéaire des livraisons à 4 000 par tranche de 5 minutes, soit 48 000 messages par heure.

Si vous utilisez les adresses IP partagées de Dialog Insight, un nombre d’adresses généralement suffisant pour maintenir une bonne performance de livraison est attribué à vos envois.

Dans le cas où vous utilisez des adresses IP dédiées pour maximiser votre réputation, il est important de comprendre l’effet de ces facteurs : la performance de vos envois dépend à la fois de la distribution de votre liste de contacts par domaine et du nombre d’adresses IP assignées. En fonction de vos besoins en performance, de la taille de vos listes et de la distribution de vos contacts, vous devez planifier un nombre d’adresses appropriés.

Effets de la réputation sur la performance

Votre réputation d’envoyeur est critique à votre succès. Cette réputation affecte la vitesse à laquelle vos messages sont livrés et leur disposition finale (i.e. seront-ils placés dans les courriels indésirables ou non).

Pour le volet performance, voici un exemple de Yahoo. Notez que Yahoo gère les courriels d’autres entreprises (ex. : Rogers.ca), donc cet exemple s’applique aussi à ces domaines.

Dans cet exemple, on dénote un très faible taux de succès pour Yahoo. Après plus de 12 heures, à peine 25 % des messages étaient livrés :

La cause ?
Il s’agit de blocages temporaires établis par Yahoo. On observe un modèle clair - à chaque heure quelques messages sont acceptés, puis Yahoo bloque l’envoi pour 1 heure. Yahoo applique des règles de réception très avancées pour les messages. Ces règles se basent sur l’engagement et le comportement des destinataires pour déterminer comment la suite d’un envoi sera traitée.

Les contacts qui effacent immédiatement un message sans le lire, qui font une plainte de courrier indésirable, qui n’ouvrent jamais le message, sont tous des facteurs considérés. Votre gestion des plaintes l'est aussi. Par exemple, continuez-vous à transmettre des messages à des contacts qui se sont plaint? Lorsque la décision de ralentir l’envoi est prise, Yahoo bloque complètement la réception des prochains messages pour une brève période (1 heure dans cet exemple).

Il est impossible ici de faire disparaître complètement le problème par une solution purement technique puisqu’il s’agit de mesures comportementales, mais il est possible de limiter le problème par certaines actions.

Première mesure : Mise en place d’une boucle de rétroaction (FBL)

Yahoo implémente un système de rétroaction pour les plaintes (FBL / Feedback Loop) qui permet à un envoyeur de recevoir un rapport lorsqu’un destinataire choisir l’option « Ceci est un spam » après avoir reçu un de vos messages. Dialog Insight peut recevoir ces rapports et désactiver automatiquement les contacts de votre liste d’envoi.

Il en résulte un nombre de plaintes réduit dans les prochains envois, et donc de meilleurs résultats. Cet effort n’est pas instantané, puisqu’il faut inévitablement un certain temps pour que la liste se nettoie. Mais avec le temps, le nombre de plaintes devrait être fortement réduit et tendre à disparaitre.

Dialog Insight offre la mise en place du FBL Yahoo lorsque votre compte utilise une adresse IP dédiée. Veuillez communiquer avec votre directeur/trice de compte afin d'avoir tous les détails.

Deuxième mesure : Gestion de l’engagement

Un second point est de considérer l’engagement des contacts Yahoo (Et de tous vos autres contacts). Par exemple, cesser de transmettre les messages aux contacts qui n’interagissent jamais (pas d’ouvertures, pas de clics depuis quelques mois). Une campagne de réengagement indépendante pour valider l’intérêt pourrait être exécutée pour déterminer l’intérêt réel, et éventuellement ces contacts pourraient être retirés des listes.

Le résultat d’une telle action est que, avec un meilleur engagement, les risques que Yahoo déclasse et bloque les livraisons diminuent.